Livraison gratuite sur les commandes supérieures à 25€Retours acceptés sous 30 jours.

Les actions dans le rouge, la « tech » déçoit, prudence avant l’emploi américain Par Reuters


© Reuters. Des traders travaillent à l’indice IG à Londres. /Prix photo le 6 février 2018/REUTERS/Simon Dawson

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes, hors Londres, reculent vendredi à mi-séance après les indices PMI et Wall Street sont également attendus en baisse après les résultats décevants des géants américains comme Apple (NASDAQ:) et Amazon (NASDAQ:), tandis que l’attente des chiffres du rapport mensuel sur l’emploi aux États-Unis ne favorise guère la prise de risque.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,24% pour le , de 0,68% pour le Standard & Poor’s 500 et de 1,24% pour le .

À Paris, la recule de 0,17% à 7.154,22 points vers 12h35 GMT. À Francfort, l’abandonne 0,59%. A Londres, le prend cependant 0,25%, tiré notamment par Shell (AS:) (+1,32%).

L’indice paneuropéen reflue de 0,01%, l’ de la zone euro de 0,4% et le de 0,1%.

Sur l’ensemble de la semaine, le CAC 40 a gagné à ce stade 0,82% et le Stoxx 600 0,80%.

Le redressement de l’activité en janvier dans le secteur privé en zone euro, au regard des définitifs de l’enquête mensuelle S&P Global auprès des directeurs d’achat publiés vendredi, ne permet cependant pas pour le moment aux indices boursiers européens d’ inverser la tendance à la baisse du jour.

L’indice PMI composite dans le bloc monétaire, considéré comme un baromètre fiable de l’évolution de l’économie, a certes augmenté à 50,3 en janvier, à son plus haut niveau en sept mois, mais certains économistes, à l’ image de Chris Williamson de S&P Global, jugeant ce redressement marginal. En Grande-Bretagne, le secteur des services est, lui, tombé en janvier à son plus bas niveau en deux ans avec un indice à 48,7.

Lire aussi  Nombre record de candidatures reçues dans le cadre du deuxième appel Women TechEU

Les prix à la production en décembre en zone euro ont en outre enregistré en une hausse plus forte que prévu, de 24,6 % sur un an, contrastant avec le scénario qui a porté ces derniers jours les marchés financiers d’un possible ralenti marqué de l’inflation et d’un atterrissage en douceur de l’économie, à la suite des annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed), de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d’Angleterre (BoE).

A cet égard, la publication à 13h30 GMT du rapport sur l’emploi aux Etats-Unis pour le mois de janvier, sera particulièrement surveillée. Le consensus Reuters prévoit un ralentissement des créations de postes à 185.000, une décélération de la hausse du salaire horaire moyen à 4,3% sur un an et un taux de chômage à 3,6%.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Amazon perd plus de 6 % en avant-Bourse après avoir prévenu jeudi que son bénéfice d’exploitation risquait de continuer à baisser au cours du trimestre en cours sur fond d’inflation toujours élevée et d’incertitudes économiques, tandis qu’Alphabet (NASDAQ 🙂 et Apple refluent chacun d’environ 4 % après des résultats trimestriels inférieurs aux attentes, une première depuis 2016 pour le groupe à la pomme.

VALEURS EN EUROPE

Les déboires des géants américains des nouvelles technologies affectent également l’indice européen du secteur, qui se contracte de 0,36% avec notamment Infineon (ETR:) (-0,17%), l’un des fournisseurs d’Apple.

Dans l’actualité des résultats en Europe, Sanofi (EPA 🙂 cède 2,85 % après l’annonce par le laboratoire d’une prévision de croissance contrôlée de son bénéfice cette année.

Lire aussi  En difficulté en Chine, Foxconn met sur l'Inde pour la production d'iPhone

La banque espagnole Caixabank (BME 🙂 recule de 4,07 % après la publication de ses comptes financiers, tandis que le spécialiste des systèmes de navigation et de cartographie numérique TomTom bondit de 4,61 % à la faveur du relèvement de sa prévision de chiffre d’affaires pour cette année.

TAUX

Les rendements obligataires en Europe, tombés récemment à un creux de deux semaines, rebondissent fortement vendredi, après les déclarations de deux membres de la BCE, Peter Kazimir et Gediminas Simkus, selon demandé l’institution de Francfort, est susceptible de relever ses taux d ‘Intérêt en mai, en plus de la hausse annoncée pour le mois de mars.

Celui du Bund allemand à dix ans, référence pour l’ensemble de la zone euro, prend près de huit points de base à 2,14%.

Son équivalent américain de même échéance, pour sa part, est pratiquement stable, à 3,38 %.

CHANGEMENTS

Le dollar cède encore du terrain (-0,14%) face à un panier de devises internationales dans l’attente du rapport sur l’emploi américain.

L’euro en profite pour remonter à 1,0931 dollar, proche du sommet de dix mois atteint jeudi en séance, à 1,1033 dollar.

La livre sterling, qui a perdu 1,2% jeudi en réaction aux déclarations de la BoE selon entraînant l’inflation au Royaume-Unitait ralentie, se traite vendredi à 1,2254 dollar (+0,25%).

ESSENCE

Le marché pétrolier est stable vendredi mais se dirige vers une deuxième semaine consécutive de baisse hebdomadaire dans l’attente de nouveaux signes sur un redressement de la demande en Chine et l’impact de l’embargo européen et le plafonnement des prix sur les produits pétroliers russes.

Lire aussi  AI SPERA présente des solutions de sécurité basées sur l'IA à Asia Tech x Singapore 2023

Le perd 0,26% à 81,96 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) 0,25% à 75,69 dollars.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Boutique Multimédia
Logo
Lorsqu’activé, enregistrer les permaliens dans paramètres - permaliens
Compare items
  • Total (0)
Compare
0