Livraison gratuite sur les commandes supérieures à 25€Retours acceptés sous 30 jours.

Les titans mondiaux de la technologie sous la pression croissante de la Nouvelle-Zélande pour payer les informations

Nouvelles RNZ

Par Colin Peacock, présentateur de RNZ Mediawatch

Il y a une pression croissante sur les titans de la technologie Google et Facebook pour qu’ils paient les médias locaux pour diffuser leurs nouvelles en ligne.

Google a déjà conclu des accords avec certains pour son News Showcase, mais d’autres grands noms de l’actualité tentent toujours de faire payer les plateformes – et le gouvernement laisse entendre qu’il pourrait bientôt forcer le problème.

« Est-ce que vous leur mettez la parole pour conclure des accords pour payer le contenu ? Allez-vous légiférer ? Nation du centre d’actualités l’hôte Simon Shepherd a demandé à Willie Jackson le week-end dernier, mettant le mot dur sur le ministre de la radiodiffusion et des médias.

« Est-ce que vous leur mettez la parole pour conclure des accords pour payer le contenu ? Allez-vous légiférer ? Nation du centre d’actualités l’hôte Simon Shepherd a demandé à Willie Jackson il y a une semaine, mettant le mot dur sur le ministre de la radiodiffusion et des médias.

« J’essaie vraiment fort. Je leur ai dit, [in] dans trois mois, voyons les offres sur le marché », a répondu le ministre.

Pendant des années, les médias locaux se sont efforcés d’obtenir très peu des plateformes distribuant leurs contenus à un large public – et d’en tirer profit.

La chose la plus susceptible de persuader les titans de la technologie de payer les journalistes locaux est la probabilité que le gouvernement force le problème avec une législation – et c’était la première fois qu’un ministre du gouvernement fixait publiquement un délai.

« Je veux voir l’équité »
« Je veux voir un peu d’équité. Je veux voir toutes ces agences de presse Kiwi prises en charge. . et ces grands acteurs ont le financement et les ressources pour pouvoir le faire », a déclaré Willie Jackson. Nation du centre d’actualités.

Certaines des transactions conclues ont été révélées plus tôt ce mois-ci lorsque Google a lancé la version locale de son service News Showcase, désormais disponible via les sites Web et les applications de Google.

Les premiers points de vente Kiwi à recevoir des paiements réguliers de Google pour cela incluent Le New Zealand Herald’s propriétaire NZME et sa filiale abonnée bureau d’affaires, RNZ, sites en ligne Scoop et Rédaction et le réseau des médias du Pacifique. Il y a aussi une poignée de points de vente locaux comme Nœudqui dessert la région des lacs du Sud, et Nouvelles Kapiti.

« Cela fait partie de notre engagement à continuer de jouer un rôle dans ce que nous considérons comme une responsabilité partagée très importante pour assurer la durabilité à long terme du journalisme d’intérêt public en Nouvelle-Zélande », a récemment déclaré la représentante locale de Google, Carolyn Rainsford, à Gyles Beckford de RNZ.

Lire aussi  Israël : Les Investissements Dans La High Tech Ont Baissé De 70% En 2023

Le ministre de la radiodiffusion, Willie Jackson, a décrit cela comme « un bon début, mais pas assez » – tandis que le fondateur de Spinoff, Duncan Grieve, était également déçu.

Il a estimé que c’était en fait Willie Jackson que Google avait en tête avec le lancement de Showcase « pour donner l’impression que Google est désormais un allié solide et public de l’industrie de l’information ».

Les titans mondiaux de la technologie sous la pression croissante de la Nouvelle-Zélande pour payer les informations, Boutique Multimédia
Deal rapport « fermé » sur NZME et Google. Image : Mediawatch/RNZ

Pour l’instant, Google News Showcase est loin d’être un service complet ou convaincant pour les Kiwis. Il n’offre rien de notre plus grand producteur de nouvelles national Stuff ou d’autres grands noms de l’information comme TVNZ et Newshub – ou de plus petits médias tels Allied Press et Le spin-off.

Négocier collectivement
Plusieurs éditeurs, dont Stuff, se sont associés à la News Publishers Association pour négocier collectivement avec Google et Meta (la société mère de Facebook).

Plus tôt cette année, la Commission du commerce leur a donné la permission de négocier un accord pour une période de 10 ans.

Alors comment ça se passe ?

« Nous ne pouvons pas faire beaucoup de commentaires sur le statut, mais nous nous engageons avec le NPA », a déclaré le responsable régional des partenariats de Google, Shilpa Jhunjhunwala, à RNZ plus tôt ce mois-ci.

Un rapport récent de l’Institut Judith Nielsen estime que Google et Facebook ont ​​versé aux entreprises de médias australiennes environ 200 millions de dollars australiens l’année dernière.

« Malheureusement, une interview ne sera pas possible », a déclaré Google New Zealand Veille média la semaine dernière (sans expliquer pourquoi).

Au lieu de cela, ils nous ont donné une déclaration attribuable à Caroline Rainsford, directrice nationale de Google Nouvelle-Zélande :

« Nous sommes fiers du lancement de Google News Showcase et de la poursuite de nos conversations avec d’autres entreprises de médias d’information locales. »

« Nous ne pouvons vous donner aucun type de chiffres commerciaux car ils sont tous commerciaux et confidentiels », a déclaré le responsable régional des partenariats de Google, Shilpa Jhunjhunwala, à Gyles Beckford de RNZ plus tôt ce mois-ci.

Lorsqu’elle a été pressée, elle a déclaré que l’engagement mondial de Google envers News Showcase était de 1 milliard de dollars sur trois ans.

« Mais au-delà de cela, nous ne sommes pas en mesure de partager quoi que ce soit de spécifique à la Nouvelle-Zélande », a-t-elle déclaré.

Pourquoi n’y a-t-il pas encore d’accord avec d’autres éditeurs de nouvelles néo-zélandais ?

« Pas d’offres sérieuses sur la table »
« Ces négociations sont en cours, mais aucune de ces entreprises n’a mis d’offre sérieuse sur la table », a déclaré la directrice générale de Stuff, Sinead Boucher. Veille média.

Elle a déclaré que les accords australiens étaient leur référence.

Lire aussi  Nouvelle tournée à 8 millions d'euros pour Next Gate Tech

« Ce que nous produisons est un type de contenu très similaire et nous opérons sur des marchés très similaires. Nous chercherions des paiements qui équivaudraient à plus de 40 à 50 millions de dollars néo-zélandais par an dans l’industrie ici », a-t-elle déclaré.

« Je pense que le gouvernement et le ministre Jackson ont clairement indiqué que le gouvernement s’attend à ce que des accords équitables soient conclus – et qu’ils sont prêts à légiférer à court terme pour garantir que cela se produise », a-t-elle déclaré.

« La seule façon de résoudre matériellement ce problème est de créer un environnement dans lequel nous pouvons négocier un paiement commercial équitable de la part de ces multinationales géantes qui ont construit leurs activités entièrement à partir de contenus créés par d’autres personnes », a-t-elle déclaré.

« Vous pouvez penser à n’importe quel terme de recherche et le mettre dans Google et regarder les résultats et voir qu’une nouvelle histoire créée par quelqu’un fait partie des résultats. Ce sur quoi nous nous concentrons sur la négociation d’un paiement commercial pour ce contenu de la même manière que vous le feriez pour tout autre produit », a-t-elle déclaré.

« Si vous investissiez dans une voiture et que quelqu’un commençait à l’utiliser comme taxi, vous vous attendriez à ce qu’il vous indemnise pour cela – et non à créer sa propre entreprise sans reconnaître votre investissement », a déclaré Boucher. Veille média.

« Notre problème est que ces plateformes sont très réticentes à venir à la table et à avoir une négociation équitable. C’est pourquoi ce type de législation a été nécessaire en Australie et dans d’autres pays, ainsi qu’ici en Nouvelle-Zélande », a-t-elle déclaré.

Le conte à travers le Tasman.

Pendant plus d’une décennie, il a présidé l’autorité australienne de réglementation de la concurrence de l’Australian Competition and Consumer Commission (ACCC).

«C’était parfois difficile, mais nous avons présenté le rapport au gouvernement à la mi-2019 et ils ont accepté la recommandation d’avoir un code de négociation des médias six mois plus tard. Il a été légiféré en février 2021. C’est assez rapide en termes d’élaboration de politiques en Australie », a déclaré Sims Veille média.

« Google a conclu un accord avec pratiquement toutes les entreprises de médias. Meta n’a conclu un accord qu’avec des entreprises de médias qui emploient 85% des journalistes (australiens). C’est crucial que. . . il est largement partagé et vous avez besoin d’une loi pour que tout le monde ait la capacité de négocier.

Lire aussi  Actualités des pirates

«Je sais pertinemment que les paiements dépassaient largement les 200 millions de dollars australiens – donc 40 à 50 millions de dollars néo-zélandais semblent absolument le bon chiffre à répartir sur tous les médias», a-t-il déclaré.

« Google et Meta étaient tenus de négocier avec toutes les entreprises de médias éligibles – et s’ils ne pouvaient pas parvenir à un accord, un arbitrage serait alors mis en place. La menace de cela a égalisé le pouvoir de négociation », a-t-il déclaré.

« Le deuxième élément était que si Google et Meta concluaient un accord avec un lecteur multimédia, la loi les obligeait à conclure un accord avec tous les lecteurs multimédias. Leur choix était donc soit de ne pas avoir de contenu multimédia sur leur plateforme, soit de conclure des accords », a-t-il déclaré.

« Ils ont choisi de conclure des accords avec des entreprises de médias parce qu’il y a de la valeur pour eux », a-t-il déclaré.

Menace d’arbitrage nécessaire
« Je suis un peu inquiet qu’en Nouvelle-Zélande vous n’ayez pas d’arbitrage à la fin de la période de négociation, les négociations échouent », a-t-il déclaré.

Un officier de Google m’a dit un jour que les médias d’information en difficulté plaidant pour une « indemnisation » étaient comme des chauffeurs de calèches et de pousse-pousse licenciés qui s’attendent à ce que les chauffeurs de taxi d’aujourd’hui les paient.

« Non, c’est complètement faux. Ce n’est pas comme si la voiture prenait la place du cheval et de la calèche ou que les smartphones prenaient la place du film Kodak parce que Google et Facebook ne produisent aucun journalisme. Ils n’ont donc pas pris la place des médias, car ils ne sont tout simplement pas dans le secteur des médias », a déclaré Rod Sims. Veille média.

« Pour que Google soit un bon moteur de recherche, il doit intégrer des médias dans sa recherche à peu près à chaque fois. Mais ils n’ont pas besoin d’une société de médias en particulier. Donc, seul le Code de négociation des médias d’information pourrait vous permettre d’égaliser le pouvoir de négociation », a-t-il déclaré.

« Si nous n’obtenons pas de paiement pour les médias qui sont pris et utilisés gratuitement, nous aurons beaucoup moins de médias et moins de médias nuiront à la société », a-t-il déclaré.

« Ce n’est pas à moi de dire au gouvernement néo-zélandais ce qu’il doit faire, mais mon conseil serait d’adopter le code de négociation des médias australiens », a-t-il déclaré.

Cet article est republié dans le cadre d’un accord de partenariat communautaire avec RNZ.

Les titans mondiaux de la technologie sous la pression croissante de la Nouvelle-Zélande pour payer les informations, Boutique Multimédia
Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Boutique Multimédia
Logo
Lorsqu’activé, enregistrer les permaliens dans paramètres - permaliens
Compare items
  • Total (0)
Compare
0