Livraison gratuite sur les commandes supérieures à 25€Retours acceptés sous 30 jours.

Chute De La Silicon Valley Bank : Netanyahou Promet De Soutenir La High-tech

Confrontée à une crise de capitaux, la Silicon Valley Bank s’est brutalement effondrée

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a réagi, depuis Rome où il se trouve en déplacement, à la chute de la banque d’investissement américaine SVB, et a promis de soutenir l’industrie de la haute technologie israélienne.

« La chute de la banque SBV a généré une crise profonde dans le monde de la haute technologie. J’ai eu des entretiens depuis Rome avec des responsables de la haute technologie en Israël, et à mon retour je discuterai de l’étendue de la crise avec les ministres des Finances et de l’Economie ainsi que le gouverneur de la Banque d’Israël », at-il déclaré dans un tweet publié samedi soir.

« Le gouvernement est engagé, si nécessaire, à aider les entreprises de haute technologie israéliennes et leurs employés. Nous prenons des mesures afin d’aider les entreprises dont les opérations sont basées en Israël à surmonter la crise de liquidités provoquée par ce bouleversement. L « L’économie d’Israël est forte et stable, et cela se reflétera également face à ces difficultés », a ajouté le chef du gouvernement.

Bien que relativement inconnue en dehors de la Silicon Valley, SVB figurait parmi les 20 premières banques commerciales américaines

Cette déclaration de Benjamin Netanyahou intervient alors que les investisseurs, les directeurs financiers et les dirigeants d’entreprises de haute technologie en Israël signalent des difficultés pour retirer les fonds de la banque américaine Silicon Valley Bank (SVB), après ses pertes.

L’effondrement soudain vendredi de la Silicon Valley Bank, face à une à une crise de capitaux, a provoqué la panique au sein du secteur. Fondée en 1983, la SVB s’est spécialisée dans les services bancaires pour les startups technologiques, fournissant un financement à près de la moitié des entreprises américaines de la high-tech et de soins de santé financés par du capital-risque. Bien que relativement inconnue en dehors de la Silicon Valley, SVB figurait parmi les 20 premières banques commerciales américaines, avec 209 milliards de dollars d’actifs au total à la fin de l’année dernière.

Lire aussi  Rien à déclarer ? «Si, deux lance-roquettes»

La banque souffre principalement d’une forte baisse du volume des dépôts des start-up, qui ont pour leur part des difficultés à se financer auprès des fonds de capital-risque, dans le contexte des hausses continues des taux d’intérêt de la FED , la Banque centrale américaine.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

Boutique Multimédia
Logo
Lorsqu’activé, enregistrer les permaliens dans paramètres - permaliens
Compare items
  • Total (0)
Compare
0